Comment choisir un micro ? Suivez le guide !

Quel est le meilleur micro ?

Définissez d'abord vos critères ! Ces paramètres vont être indispensables à étudier dans le choix de vos futurs micros, et vont surtout orienter l’utilisation précise que l’on pourrait en faire sur un instrument ou sur une voix, en studio ou en live. Trouver un micro adapté à chaque source sonore est un réel enjeu, et bien le maitriser constituera tout l’art du preneur de son et la renommée de l’ingénieur du son.

Faut-il choisir un micro filaire ou un micro sans-fil ?
Qu'est-ce que la directivité d'un micro ?
Quelle est la taille de capsule idéale ?
Comment lire une courbe de réponse en fréquence ?
Quel niveau de pression sonore maximal choisir ?
Quelle connectique de micro sélectionner ?

Quel micro pour quel usage ? : Les cas pratiques

Les 6 meilleurs micros pour la voix
Les micros indispensables pour enregistrer une batterie
Quels micros choisir pour enregistrer les instruments acoustiques ?
Quels micros choisir pour capter un ampli guitare ou basse ?
Quels micros pour enregistrer un piano ?
Quels micros choisir pour du podcast ?

Les accessoires indispensables pour enregistrer

Micro voix sans fil Shure

Faut-il choisir un micro filaire ou un micro sans fil ?

Cette question se pose essentiellement dans le cadre de besoin que l’on a en matière de mobilité. Effectivement en studio on est moins contraint par la présence de câbles qui peuvent joncher le sol, ce qui devient totalement à prohiber en live pour des raisons de sécurité. La technologie sans fil (HF) repose sur le principe d’un couple constitué d’un émetteur, c’est à dire le microphone à proprement parlé, et d’un récepteur, généralement un boitier dont le signal sera envoyé sur la console. Suivant les utilisations que l’on en fait, l’émetteur peut être de type micro main ou micro serre–tête pour le chant live, ou bien de type cravate, plus à considérer pour les prises de voix et interviews.


Qu'est-ce que la directivité d'un micro ?

La directivité, appelée aussi diagramme polaire, va déterminer le comportement de la capsule en fonction de la provenance de la source. C’est certainement l’une des caractéristiques la plus importante à prendre en compte lors de l’achat d’un nouveau micro. Voici les principales directivités ci-dessous.

Directivités des micros Shure

Omnidirectionnel

Si le micro capte le son en provenance de toutes les directions, lui donnant une couverture à 360°, on qualifie ces micros d’omnidirectionnel. Ils capteront ainsi les sources en provenance de l’avant, de l’arrière et des deux côtés.

Bidirectionnel / Figure en 8

Si le micro capte le son en provenance de l’avant et de l’arrière de la capsule, on parle alors de directivité bidirectionnelle, ou de figure en 8

Unidirectionnel / Cardioïde

Si le micro capte en majeure partie le son en provenance de l’avant, voir aussi un peu des deux côtés mais en tout cas pas de l’arrière, on parle de micro unidirectionnel ou cardioïde, en raison du motif graphique qu’il reproduit en forme de cœur.

Supercardioïde / Hypercardioïde

On pourra également parler de micro supercardioïde et hypercardioïde, soit des micros qui vont capter la source sonore en provenance de l’avant, un peu des deux côtés, et dans une moindre mesure celle qui vient de l’arrière. Les hypercardioïdes ont un angle encore plus fermé sur les côtés, mais seront plus large sur l’arrière. Ils offrent ainsi de capter précisément la source avant, et un peu des ambiances arrières.

Canon / Lobe

Ce type de micro cardioïde a la particularité d’être très allongé et de bénéficier d’une directivité renforcée vers l’avant et plus étroite. Ce type de micro est essentiellement utilisé dans le reportage, ou pour sonoriser une caméra à la télévision comme au cinéma

Taille de capsule micro Shure

Quelle est la taille de capsule idéale ?

La taille est généralement déterminante dans le domaine des micros à condensateur. Celle-ci va affirmer la manière dont le microphone va réagir aux sources. Ainsi un microphone à large membrane est plutôt massif offrant une plus fine coloration aux enregistrements. Et à l’inverse un microphone à petite membrane sera plus fin et long avec une directivité plus précise sur l’ensemble des fréquences. On peut parler aussi pour ces derniers de micro shotgun.

Courbe de réponse en fréquence micros Shure

Comment lire une courbe de réponse en fréquence ?

Les constructeurs de microphones caractérisent leurs modèles sous la forme d’une plage de fréquence appelée courbe de réponse (Frequency Response dans la langue de Shakespeare). Si l’oreille humaine à la faculté d’entendre les sons dans une gamme allant de 20 Hz et 20 kHz, les constructeurs ont tenté de s’approcher au mieux de cette gamme audible. Toutefois chaque micro à ses propres caractéristiques, et c’est surtout le schéma de la courbe de réponse qu’il faudra étudier pour comprendre la façon dont le micro réagira dans le spectre sonore. On pourra alors décrypter la sensibilité du micro en fonction de certaines fréquences qui déterminera une coloration précise et une utilisation adéquate sur tel type d’instrument. Le plus souvent, on parle de bosses de présence comme celles généralement situées dans la gamme des 2 à 10 kHz.
A noter que les micros directionnels renforcent nettement les basses fréquences quand ils sont proches de la source sonore, autour de 30 cm. C’est ce que l’on appelle l’effet de proximité. Cet effet peut être parfois gênant car il peut alourdir le son final.

Pression SPL micro

Quel niveau de pression sonore (SPL) maximal choisir ?

Ce SPL (Sound Pressure Level), ou niveau de pression sonore maximum, est à considérer dans le choix de l’instrument à enregistrer ou à sonoriser. En effet, le SPL va définir le niveau maximum pour lequel le signal reste audible. Au-dessus de celui-ci, il deviendra distordu et à très forte saturation pourra même endommager la membrane. Ainsi pour enregistrer une grosse caisse ou une caisse claire, il sera nécessaire de posséder un micro disposant d’un important niveau de SPL.

Connectiques micro

Quelle connectique de micro choisir ?

Le choix de la connectique sera surtout fonction de l’endroit où viendra se connecter le micro. Une console ? Une interface audio ? Un ampli ? Généralement le choix est assez simple, soit en XLR généralement trois points pour une transmission symétrique, ou soit en jack 6.35 pour une transmission aussi symétrique. On trouve également des connexions USB pour des microphones de type numérique.


Quel micro pour quel usage ? : les cas pratiques

Les 6 meilleurs micros pour la voix

  1. - Shure SM58 : Dans cette catégorie, et idéal pour la scène, rien de tel qu’un bon micro dynamique comme le mythique SM58 qui offrira une reproduction claire et chaude de la voix.

  2. - Shure Beta 58A : On pourra aussi lui préférer le Beta 58A bénéficiant d’une réponse en fréquence optimisée tandis que sa directivité supercardioïde isolera la voix des autres sources sonores.
     
  3. - Shure Beta 87A : De la même manière, le Beta 87A conviendra parfaitement à la captation de la voix et ressortira avec netteté dans le mix grâce à son filtre coupe-bas empêchant les graves d’assourdir la prise.
     
  4. - Shure PGA27 : D’autres références seront tout aussi bien adaptées à la voix comme la série Performance Gear avec le PGA27, ou alors les modèles de la gamme KSM, les modèles 8 et 9.
     
  5. - Shure Beta 53 et 54 : Enfin toujours pour le live, et la sonorisation de chanteurs qui se déplacent frénétiquement sur scène, mieux vaudra certainement s’orienter vers un système serre-tête comme ceux de la série des Beta53 et Beta54.

  6. - Shure série KSMEn studio, le choix peut être à reconsidérer et des modèles statiques à large membrane, feront des merveilles, comme le KSM42 ou le KSM44A. Ils seront aussi multifonctions et outre la voix, ils pourront être utilisés et essayés sur bien d’autres instruments. 

Les bons choix de micros pour enregistrer une batterie

Pour capter la batterie, nuls doutes, il faudra s’équiper de micros avec de solides capteurs capables de supporter de très forts niveaux, notamment pour la caisse claire et la grosse caisse. Ecoutez les différences grâce à la vidéo comparative des micros Shure où optez pour ces valeurs sûres : 

  1.  - Shure Beta 181 : Dans cette optique, un micro statique est à privilégier comme le Beta 181, qui dispose de quatre capsules interchangeables.

  2.  - Shure KSM : Pour une reproduction naturelle, on peut se diriger vers des microphones à large diaphragme comme le KSM32 ou le KSM44A, bénéficiant en outre d’un commutateur pour le choix d’une des trois directivités.

  3.  - Shure PGA : La série PGA qui remplit tout à fait son rôle pour la captation en studio avec notamment le PGA52 pour la grosse caisse, le PGA56 pour les toms ou encore le PGA81 pour les cymbales et overheads. 
Micro acoustique Shure KSM141

Quels micros choisir pour enregistrer les instruments acoustiques ?

Pour enregistrer un violon, un violoncelle ou une clarinette, il conviendra de s’orienter vers un microphone statique haut de gamme comme le KSM141, puissamment polyvalent grâce à son sélecteur de directivité et son pad commutable à trois positions (0 dB, 15 dB, 25 dB).
Dans la même équivalence, on pourra aussi lui préférer le KSM137. A noter que ces deux modèles sont aussi disponibles en couple stéréo appairé. Et comme la prise de son est une science d’expérimentation, pourquoi ne pas essayer des modèles à large diaphragme comme le SM27 ou à petite membrane comme le SM137 ? Il pourra aussi être judicieux de s’orienter vers un microphone miniature statique, dit à col de cygne, comme le Beta 98H. Il peut facilement être orienté vers l’embouchure de l’instrument à vent, grâce à sa flexibilité, et se fixera facilement sur l’instrument grâce à une pince intégrée.

Micro ruban ampli guitare Shure KSM313

Quels micros choisir pour capter un ampli guitare ou basse ?

Un micro à ruban tel que le KSM313 peut être un choix fort judicieux grâce à son ruban bi-directionnel qui offre d’obtenir un son chaud sur la partie avant du microphone et une sonorité plus claire sur sa face arrière. On pourra aussi s’orienter de manière plus classique, et pour un budget plus mesuré, vers le PGA57. Ce dernier est microphone dynamique qui s’inspire du fameux SM57 et qui va permettre une excellente captation même à fort volume, tout en assurant une bonne isolation aux bruits indésirables.

Micro piano Shure

Quels micros pour enregistrer un piano ?

Idéal pour la prise de son de piano, le SM81 est un microphone statique cardioïde bénéficiant d’une courbe de réponse en fréquence bien uniforme offrant ainsi une reproduction fidèle de la source sonore en réduisant les bruits de fond. Il est équipé d’un filtre coupe-bas commutable à trois positions et dispose d’un atténuateur à -10 dB. Une autre solution bien intéressante serait de s’orienter vers le MV51, un microphone stéréo numérique à condensateur. Et que bien que destiné majoritairement à la captation de podcast, ce micro fait des merveilles sur un piano !

Micro ruban Shure KSM353

Quels micros choisir pour faire du podcast ?

Bien sûr pour réaliser un podcast ou sonoriser une vidéo à diffuser sur les réseaux, rien de tel que d’adjoindre les services d’un micro au format USB, comme le MV88+ qui fonctionnera aussi bien sur Mac comme sur PC, mais aussi sur tout appareil compatible iOS, genre iPhone et iPad. Ce dernier est à classer dans la catégorie des microphones à condensateur et dispose d’un large diaphragme. Bien adapté au podcasting, et avec un aspect multimédia, le MV5 va pouvoir se poser sur un bureau grâce à son pied intégré. D’un design élégant, ce micro USB permet l’enregistrement numérique en 24 bits et 48 kHz. Il dispose de trois presets commutables pour les situations d’enregistrement suivantes : voix parlée, voix chantée et instrument.

Les accessoires indispensables pour enregistrer

Pour finir n’oublions pas que, comme pour tout instrument, une utilisation optimale pourra se faire grâce à des accessoires dédiés et efficaces. Choisir un micro valant plusieurs centaines d’euros pourrait s’avérer désastreux à l’utilisation si ce dernier est utilisé sans bonnette, fixé à un pied bancal avec un câble de piètre de qualité. Il serait bon aussi au moment de l’achat, de vérifier ce qui est fourni ou non comme accessoire avec le micro : une suspension, une bonnette, une valise de transport… On ne s’attardera pas ici sur l’utilité d’une boîte de protection lors du transport, comme une valise ou une housse, ou celle d’utiliser des câbles de qualité suffisante. Quoi qu’il en soit, voici quelques points à avoir en tête afin de comprendre la nécessité de posséder ces accessoires, éléments indispensables à retrouver dans la trousse à outils de tout bon ingénieur du son qui se respecte…

Bonnettes, écrans anti-pop et anti-réflexions

Généralement la bonnette est préconisée pour les prises extérieures comme pour les prestations live. Cette pièce de mousse qui épouse la forme de la capsule a pour objectif d’atténuer les vifs mouvements d’air qui pourraient frapper directement la membrane. En studio, toujours pour la captation de la voix, on lui préfèrera l’écran anti-pop. Ce dernier est élaboré autour d’un cadre recouvert par une gaze très fine qui concourt à atténuer ainsi les flux mais sans déformer le spectre sonore. L’autre intérêt pour se tourner vers un anti-pop est de contribuer à réduire les plosives et les sifflantes. Ces consonnes dites plosives (b, k, p, t, v) et celles nommées sifflantes (s, che, z, j) sont des plaies pour l’ingénieur du son. Enfin, signalons aujourd’hui la démocratisation sur le marché du home-studio des écrans anti-réflexions. Ce dispositif élaboré avec des mousses absorbantes, reprend la forme d’un arc de cercle, et il se fixe sur le pied de micro tout en entourant le micro sur 180°, offrant ainsi d’annuler toutes les réflexions sonores latérales et arrières.

Pinces et suspensions

Isoler son micro. Une bonne prise de son ne pourra être définitive que si le micro est isolé face aux secousses et aux perturbations extérieures. Si la plupart des micros d’entrée de gamme sont fournis avec une pince, notamment ceux avec les micros chant, il conviendra de se procurer une suspension pour les prises de studio des microphones statiques à large membrane. Cet outil formé par un ingénieux réseau d’élastique offre d’être totalement isolé des vibrations.

Pied de micro

Le pied de micro est définitivement devenu dans l’inconscient collectif des amateurs de sensations musicales, le symbole du live. Et en fait, ce n’est pas faux ! On peut même dire que bien choisir son pied de micro s’est aussi misé sur le bon déroulement de ses prestations, car quoi de plus rageant que de voir s’exploser au sol la capsule de son micro chant à plusieurs centaines d’euros. A moins de faire un tribute aux Sex Pistols ! Donc dans les points à vérifier : la solidité, notamment au niveau des vis et des bagues de fixation, ainsi que des leviers pour assurer les bons angles. La stabilité est aussi primordiale grâce au système de trépied.

Vous avez fait votre choix ? Découvrez tous nos microphones