Quel matériel choisir pour faire son home studio ? Suivez le guide !

Comment constituer son Home Studio et bien débuter avec la MAO ?

Monter son home-studio en MAO est devenu aujourd’hui très abordable. Néanmoins de nombreuses questions se posent toujours sur le choix et le rôle du matériel, Mac ou PC ? Nécessité d’une carte son, d’une console de mixage ? Quel type d’enceintes ou de casque choisir ? Comment fonctionne une DAW ? Telles sont les questions qui reviennent régulièrement et auxquelles nous allons vous apporter des éléments de réflexion.

Comment se compose un Home Studio ?

Quel matériel choisir pour débuter la MAO ?

  1. L'ordinateur : Mac ou PC ?
  2. L'Interface audio : laquelle choisir ?
  3. Le bon logiciel DAW
  4. Les effets et instruments virtuels complémentaires
  5. Quelles enceintes de monitoring choisir ?
  6. Casque de monitoring ouvert ou fermé ?
  7. Quel est le meilleur micro pour enregistrer ?
  8. Claviers maîtres
  9. Surfaces de contrôle et contrôleurs à pads
  10. Connexions et préamplis

Comment se compose un Home Studio ? 

Home Studio

Qu'est ce que la MAO ?

La M.A.O. (Musique Assistée par Ordinateur) n’a guère plus d’une trentaine d’année. Elle est apparue en même temps que le protocole MIDI (Musical Instrument Digital Interface) au milieu des années 80 et a entièrement modifié l’approche de la composition musicale.

La MAO est un outil qui ne nécessite pas de pratique musicale au préalable et ne s’adresse pas non plus à un style de musique en particulier. Les jeunes talents l'utilisent pour enregistrer leurs compositions et maquetter, des musiciens de jazz vont l’utiliser pour répéter leurs concerts, des compositeurs de musique à l’image conduisent des orchestres symphoniques virtuels sur des ordinateurs montés en réseau, des YouTubers vont produire leurs vidéos en ligne tandis que les producteurs électro, beatmakers et DJ développent des techniques personnalisées à base de sampleurs pour faire vivre leurs prestations scéniques.

Il faut savoir au préalable que deux systèmes très différents coexistent au sein de votre home-studio qu’on peut grossièrement séparer en deux : d’une part, la configuration informatique en MIDI et de l’autre, le circuit audio. Alors que l’un est entièrement numérique, l’autre est analogique. Allons-y…

Systeme MIDI et audio

Système MIDI et système audio

Le MIDI dans la MAO : Dans sa formule minimaliste, il y a quelques années, une configuration MIDI était formée d’un contrôleur à touches nommé clavier de commande, d’un enregistreur MIDI sous forme logiciel appelé séquenceur et d’un générateur de son constitué généralement d’un synthé ou de sa version sans clavier appelée expandeur. Toutefois les évolutions de l’informatique ont un peu transformé ce schéma initial. Si le clavier de commande reste toujours très employé aux côtés de nouveaux types de contrôleurs, la DAW (Digital Audio Workstation) a succédé aux premiers séquenceurs logiciels. Elle traite à présent les parties audio et contient sous forme virtuelle, les instruments et les effets.

L'audio dans la MAO : Le matériel audio minimum se compose d’un casque auquel on peut joindre une paire d’enceintes amplifiées (actives) et éventuellement un microphone. La conversion des signaux analogiques/numériques et vice versa s’effectue via une interface audio qu’on appelle communément carte son. Dans le cas d’un groupe de plusieurs musiciens avec de multiples branchements, il peut être utile d’ajouter un mixeur qui offrira l’avantage de pouvoir directement répéter ses morceaux sans allumer l’ordinateur.

Quel matériel choisir pour débuter la MAO ?

MAO : PC ou Mac ?

1 - L'ordinateur : Mac ou PC ?

Quel vieux débat au sein des adeptes de l’informatique musicale ! Les discussions entre aficionados de la marque à la pomme et partisans du PC sont toujours incessantes.
Voici quelques exemples des nombreux clichés qui circulent depuis des années : Mac c’est plus pro, tous les artistes reconnus sont sur Mac, le PC c’est compliqué, on a toujours les mains dans le cambouis, les virus circulent plus sur un PC, Mac c’est plus cher, les logiciels ne sont pas compatibles sur l’une et l’autre des plateformes, etc.
Dans la réalité il n’existe pourtant pas tant de différences entre les deux approches puisqu’au niveau de l’architecture interne par exemple, Apple vient de passer les 14 dernières années équipé de processeurs Intel comme sur la plupart des PC. Les performances des deux stations à niveau égal sont largement identiques et finalement entre Mac et PC, seul l’Operating System diverge vraiment entre un macOS X et Windows 10, mais avec une facilité (ou une difficulté !) de prise en main également comparable. Du côté des périphériques, la quasi totalité des DAW est aujourd’hui accessible sur les deux plateformes ainsi que la plupart des instruments virtuels.
A noter par contre les applis orientées musique développées sur système iOS (pour iPad notamment) sont encore largement plus répandues que sur Android, bien que la tendance soit au rééquilibrage.
Enfin il reste le prestige de la marque pour Apple ainsi que la compatibilité avec son éco système (smartphone, tablette) mais tout cela évidemment a un prix !

Interface audio MAO

2 - L'interface audio : laquelle choisir ?

Dans le monde binaire fait de 0 et de 1, rien n’est audible. Cette communication purement numérique ne devient écoutable qu’à l’aide de convertisseurs analogique/numérique et numérique/analogique (A/D, D/A) que possède toute interface audio, popularisée par le terme de carte son. Tout ordinateur en possède déjà obligatoirement une, sans cela vous n’entendriez rien ! Toutefois les constructeurs ont privilégié l’usage d’une carte son externe pour plusieurs raisons : la qualité des convertisseurs, l’ajout de préamplis, le nombre de pistes disponibles et la connectique

On trouvera des cartes son de toutes les tailles et à tous les prix. Les produits « en interne » (nommé aussi carte fille), qui étaient anciennement « pluggés » sur la carte mère de l’ordinateur, ont cédé progressivement la place à des périphériques autonomes qu’on rencontre aujourd’hui sous forme de « rack 1U » comme l’ Onyx de Mackie ou en boîtier « desktop » comme l’AudioFuse Studio d’Arturia. La raison en est de la progression des ordinateurs portables qui vous permettent de conserver votre équipement audio en cas de changement de machine et d’opter pour une utilisation nomade.
La norme 16 bits/44.1 kHz définissant le CD est la résolution à minima de ce que doit être aujourd’hui une interface audionumérique. Les cartes actuelles peuvent souvent pousser jusqu’à 24 bits/192k Hz. On obtient ainsi des qualités de conversion hautement performantes, même sur des modèles d’entrée de gamme.
Les différentes interfaces sont répertoriées suivant leur nombre d’entrées et de sorties audio. Hormis pour un usage solitaire comme avec la Focusrite Scarlett Solo, on parlera de carte son 2 x 2, 4 x 4, 12 x 8, etc., sachant que ces nombres iront toujours de pairs afin de former des systèmes stéréo.
À noter qu’il existe une correspondance entre les entrées de la carte et les pistes affichées dans le logiciel d’enregistrement. Une interface 2 x 2 signifie par exemple, que vous allez pouvoir enregistrer dans votre DAW jusqu’à deux pistes séparées (une par canal) pour les éditer et les exporter individuellement.
Tous les types d’entrées/sorties analogiques ou numériques seront pris en compte dans ce calcul.
À côté des interfaces audio, une catégorie particulière concerne des mixeurs équipés d’une sortie digitale dont on ajoute souvent le sigle USB pour marquer la différence avec leur équivalent analogique. Ce type de console à l’image de l’Alesis MultiMix 8 USB FX peut exporter l’ensemble du mixage à l’interieur d’une DAW sur deux voies, mais sans pouvoir individualiser les pistes, cette fonctionnalité restant l’apanage des interface audio multipistes.

Découvrez toutes nos interfaces

MAO DAW

3 - Le bon logiciel DAW

La DAW (Digital Audio Workstation) est le cerveau de la MAO. C’est un logiciel qui regroupe aujourd’hui plusieurs technologies faisant référence à des domaines d’activité qui nécessitent souvent de longues années de pratique et d’expérience et qui permet d’aboutir à la finalisation complète d’un projet.
Côté audio : l’enregistrement, le montage, l’insertion des effets, le mixage, le mastering (la mise en conformité des fichiers) et la gravure.
Côté MIDI : l’édition des évènements MIDI, l’écriture des partitions et la gestion des générateurs de son.

Avant toute chose, il va falloir déterminer la DAW qui correspond le mieux à vos véritables besoins parmi les choix proposés sur le marché.
Une première distinction s’effectue entre les softs plutôt orientés vers la post-production et ceux destinés plus spécialement à la composition. Dans le premier cas, le public concerné est celui du secteur audiovisuel qui traite de l’enregistrement, du montage (à l’image) et du mixage.
Si l’essentiel de votre activité consiste à enregistrer des parties instrumentales pour les mixer ensemble afin d’en tirer un « master » stéréo, alors, il faudra s’orienter sur une DAW qui s’occupe du traitement et du montage audio.
Si votre but principal est par contre centré sur la création musicale, vous devrez tenir compte des générateurs de son et des effets fournis ou non avec le programme.
Une seconde distinction va concerner des DAW tournés plus spécifiquement vers les musiques électroniques et qui offrent une approche souvent atypique, en travaillant directement à partir de rack d’instruments ou de boucles en prévision de la scène, au contraire de ceux qui sont plus compatibles avec tous les styles de musique appelés « généralistes ». 

Effets MAO

4 - Les effets et instruments virtuels complémentaires

Ce qu’on appelle communément les effets et instruments virtuels sont également nommés plug-ins FX et VSTi. Mis à part ceux qui sont contenus d’origine dans votre DAW et qui suffisent largement pour démarrer la production, vous pourrez rapidement avoir besoin de plus de matières et vous procurer des sons, des effets et des instrument additionnels qui couvrirons toutes les catégories et tous les styles comme la V Collection d’Arturia.

Découvrez tous nos logiciels et effets

MAO enceintes monitoring

5 - Quelles enceintes de monitoring choisir ?

Si le son reste le premier critère pour le choix des enceintes de monitoring, il conviendra de se méfier des écoutes trop flatteuses. Surdimensionner la puissance de l'enceinte par rapport à l'usage n'est pas à exclure, afin d'assurer une distorsion minimale dans la plage de niveaux utilisée, particulièrement pour les graves. Par exemple pour de l’électro ou du hip hop, prévoir des boomers de huit pouces ou éventuellement un caisson de basse additionnel (sub) comme le CR8S-XBT de Mackie.

Dans le cadre d'un usage semi professionnel, on veillera à disposer d'une connectique adaptée à l'interface audio qui servira de source. XLR ou jack TRS sont à privilégier au RCA classique, mais nombre de produits intègrent aussi du S/PDIF ou de l'AES EBU.
Disposer de boutons d'alimentation en façade semble assez anecdotique, mais se révèle beaucoup plus pratique à l'usage. La présence de filtres réglables (EQ) est aussi un plus pour « corriger » les défauts de la pièce comme sur les Mackie HR824.
La directivité de l'enceinte reste un élément important. Il faut que l'angle d'ouverture (principalement horizontal) soit important pour offrir un point d’écoute idéal (sweet spot) élargi. Cependant, si l'emplacement prévu pour les enceintes est proche d'un mur, on veillera à ce que les events (cavité à l’intérieur de l’enceinte) soient orientés vers l'avant.

Découvrez toutes enceintes de monitoring

Casque monitoring

6 - Casque de monitoring ouvert ou fermé ?

Le casque et les enceintes de monitoring actives font parties de la vaste famille des transducteurs, comprenant également les micros. Ce sont deux éléments clés de l’équipement audio de votre home-studio en matière de contrôle et de reproduction du signal.
Le casque doit présenter au même titre que les enceintes, dont il est très proche, des caractéristiques particulières « de monitoring ». Disons le autrement, de neutralité, qui le distinguera de ses collègues de la hi-fi, avec l’ambition ultime de pouvoir par la suite utiliser votre mix sur n’importe quel autre système d’écoute.

Casque ouvert ou casque fermé ?
Le son extérieur ne doit pas pénétrer dans le casque de même que celui provenant du casque ne doit pas se diffuser dans la pièce. C’est une question d’isolation acoustique, qui se révèle particulièrement importante dans des lieux ou cabine de prise et studio de mixage sont souvent amalgamés dans un seul et même espace, parfois celui de sa propre chambre ! On emploiera donc dans ce cas des casques dits « fermés » à l’image du Shure SRH1540 voire « semi-ouverts » comme le Mackie MC-450.
Un casque fermé est un casque qui forme avec la cavité de l'oreille un système « clos », c'est à dire hermétique à l'air, et qui va donc utiliser pour générer un son l’espace interne de la cavité du casque. Un casque ouvert, à l'inverse, utilise tout l'air qui entoure les écouteurs, qu'il soit extérieur ou à l'intérieur de la cavité de l'oreille, pour reproduire le son.

Découvrez tous nos casques studio

Micro studio

7 - Quel est le meilleur micro pour enregistrer ?

Le choix du bon micro pour enregistrer dépend de plusieurs critères. Avez vous besoin d'un micro pour enregistrer une voix ou bien un instrument ? L'environement et le type de sons que vous souhaitez enregistrer doivent définir le choix du bon micro. Ce vaste sujet fait l'objet d'un guide dédié que nous vous invitons à parcourir !

Consultez notre guide d'achat micro

Clavier maitre MAO

8 - Claviers maîtres

Appelé indistinctement clavier de commande, clavier maître ou clavier MIDI, ce contrôleur peut prendre d’innombrables aspects qui le feraient confondre facilement avec un synthétiseur, une workstation ou même une guitare à l’image des modèles « bandoulière » qu’on appelle communément Keytar comme le Korg RK-100S 2 ou l’Alesis Vortex Wireless 2.

Le clavier maître est constitué d’un ensemble de touches dont la fonction est de transcrire les informations en direction d’un générateur de son, souvent contenu dans l’espace de la DAW sous forme d’un instrument virtuel.
Parmi les critères que vous devrez prendre en compte, on trouve d’abord le toucher avec trois catégories de sensations :
La première est qualifiée de toucher « synthé », « léger/light » ou « standard », le toucher semi-lesté intermédiaire sera majoritaire et enfin on trouvera quelques modèles en toucher « lourd » appelé aussi « lesté » ou « à reconstitution marteau progressif » réservé au jeu pianistique comme avec le M-Audio Hammer 88.
Il est parfois difficile de se faire une opinion sur la qualité d’un toucher et le mieux est de le parcourir « à vide » sans le son, pour sentir le rebond et le bruit des touches, les modèles peuvent souvent être inégaux sur ce sujet.
La dimension de la touche est aussi à considérer, mini-touche ne rime pas forcément avec qualité bas de gamme si vous n’êtes pas un virtuose, la preuve avec le MPK mini d’Akai Pro désormais en version MKIII qui est l’un des modèles les plus vendus. La longueur de la touche peut également varier jusqu’à atteindre celle d’un piano (environ 14 cm pour les blanches et 9 cm pour les noires).
Dans l’espace souvent limité de votre home-studio, la dimension reste un critère déterminant. Inutile de s’encombrer avec un modèle de 1,40 m (taille d’un clavier de sept octaves) si vous n’avez pas vocation à devenir pianiste de concert mais besoin seulement de rentrer une ligne de basse et quelques accords. La plupart des fabricants d’ailleurs ont eu la bonne idée de décliner leurs modèles sous plusieurs longueurs d’octaves, les plus utilisés étant les 25 touches (deux octaves) tel le M-Audio Oxygen 25 et les 49 touches (quatre octaves) comme le Novation Impulse 49.
Une tessiture de cinq octaves (61 notes) va permettre d’aborder un vrai jeu pianistique tandis que les modèles 88 notes (identique au piano acoustique) se font plus rares et atteignent une zone de prix plus élevée à l’image de l’Arturia KeyLab 88 MkII.

Découvrez tous nos contrôleurs 

.

MAO controleur Pad

9 - Surfaces de contrôle et contrôleurs à pads

Depuis que les VSTi et autres plug-ins ont remplacé progressivement nos synthétiseurs physiques, le clavier maître est devenu le seul élément matériel pour piloter les synthés et les périphériques virtuels de plus en plus complexes. Il a donc fallu recréer tout un écosystème physique avec des boutons, des contrôles rotatifs, dials, molettes, écran, voire des tirettes harmoniques pour des orgues à roue phonique.

Des contrôleurs spécifiques se sont aussi progressivement adaptés aux situations de mixage sur ordinateur en intégrant sur leur châssis les outils spécifiques empruntés aux consoles, comme des boutons, des curseurs et potentiomètres. Plusieurs fabricants ont également abordé l’édition de leurs instruments virtuels et la gestion du mapping en mode interactif comme Akai avec le soft VIP, Novation par l’Automap ou le Roli Song Maker Kit, idéal pour aborder la nouvelle expressivité du protocole MPE (MIDI Polyphonic Expression) à travers le soft Equator.

L’arrivée des groove machines à pads au sein des DAW a conditionné l’émergence d’une nouvelle race de contrôleurs tournés vers la scène. Pour les constructeurs, le challenge consiste à faciliter l’accès aux samples à travers des contrôleurs à 8 ou 16 pads comme l’Akai MPD218, mais aussi à développer des modèles plus spécifiques, basés sur un grid étendu à 64 pads rétroéclairés par des leds RVB et capable de déclencher ou d’interrompre des sons et des boucles à l’image des fameux « Clips » et « Scenes » des sessions de Live.
L’hégémonie qu’a prise l’application d’Ableton sur la musique électro conduit en effet les fabricants à imaginer des contrôleurs matriciels interactifs comme les Launchpad de Novation ou encore le Force d’Akai.

Découvrez tous nos contrôleurs

MAO Connexions

10 - Connexions et préamplis

C’est sur le terrain des branchements que se marque la vraie différence entre une interface professionnelle qui sert souvent de véritable station d’aiguillage et celle de l’ordinateur, bien mal équipée pour aborder la MAO car le domaine de la musique utilise des connecteurs spécifiques comme les prises jack 6.35 mm et XLR dans le but de maximiser le rapport signal/bruit.

En cas d’enregistrement audio, un micro qui possède un très faible niveau d’entrée nécessitera des préamplis pour amplifier la vibration de la membrane et amener le signal au même niveau que celui d’un instrument (ligne). Qui dit ajout massif de gain, dit aussi augmentation du souffle et c’est là que les connecteurs interviennent. Plus vous allez minimiser le bruit de fond au départ, moins vous aurez de chance de le retrouver démultiplié à l’arrivée.
Les liaisons « symétrisées » comme les jack TRS ou les prises XLR possèdent un branchement supplémentaire à la masse qui sert d’antiparasite, ainsi qu’un câble blindée dont la section importante contribue à diminuer le bruit de fond, ce qui ne sera pas le cas avec la liaison RCA des cartes sons multimédia.
Une carte son orientée MAO possède des branchements pour chaque usage comme des entrées ligne pour claviers et périphériques des entrées haute impédance (Hi-Z) pour guitare ou basse ainsi que plusieurs formats numériques (ADAT, S/PDIF, AES/EBU…) avec des liaisons en coaxial ou optique. La carte son pourra aussi faire office d’interface MIDI avec des ports In/Out disponibles pour brancher un ancien synthé ou un piano numérique non USB. Quant à l’ordinateur, il se raccorde via les divers protocoles toujours en perpétuelle évolution comme l’USB-C, le FireWire, le Thunderbolt voire l’Ethernet à travers le réseau Dante des Focusrite RedNet.

Découvrez tous nos périphériques pour studio

Vous avez fait votre choix ? Découvrez tout notre rayon Studio